Image

la petite souris

16h30 cet après-midi :  l’heure des « mamans « , le portail s’ouvre et je me dirige vers la classe d’Alix.
Dès que la maîtresse ouvre la porte je vois sa petite tête s’agiter, se contorsionner pour essayer de m’apercevoir au milieu des autres. Après quelques secondes il a la permission de me rejoindre, il s’élance vers moi, il me regarde et rien…
Je m’aperçois que la maitresseClaire me cherche également du regard et me dit, en se voulant discrète :
Il a perdu une dent, elle est dans son cartable.
Il a été beaucoup angoissé mais je pense que ça va.
Je lui ai parlé de la petite souris.
Il réussi alors à me dire : Maman, j’ai cassé ma dent.

IMG_8846   IMG_8848

 
En un instant j’ai tout ressenti : de la joie, de la stupéfaction que ce soit maintenant, de l’étonnement parce que nous n’y avions (encore) jamais vraiment pensé, de la culpabilité de ne rien lui avoir expliqué avant, de l’angoisse à l’imaginer vivre cette expérience sans aucune sensibilisation préalable et un peu de déception de ne pas avoir été là pour le calmer, lui expliquer.
Alors en une fraction de seconde j’ai voulu tout faire, tout dire, comme pour rattraper le coup :

Mais c’est génial mon chéri, mais tu sais il ne faut pas que tu aies peur, la petite souris elle va passer ! Tu connais la petite souris ??? heu… Elle va t’apporter des pièces ! Tu as eu mal ? Tu as eu beaucoup peur ? Mais ne t’inquiète pas je vais t’expliquer et après tu seras content …heu… maman elle a oublié de t’expliquer que ça arrivait mais c’est bien. Je sais que tu as peut être eu mal et peur mais c’est bien.heu…

 corbeau-etonnement-Bande-dessinee  corbeau-etonnement-Bande-dessinee  corbeau-etonnement-Bande-dessinee corbeau-etonnement-Bande-dessinee

Arrivés à la maison j’ai récupéré mes esprits, je lui ai expliqué calmement le rituel autour de cette perte de dent et je lui ai présenté la petite souris, une ancienne amie.

IMG_8850

Il s’est rassuré quand il a visualisé et a eu les yeux émerveillés en pensant à son réveil demain matin !
HAPPY  END
 
Publicités
Vidéo

illustration

Depuis 2 ans nous nous documentons, nous lisons, nous farfouillons dans les vidéos témoignages.

Il y a peu nous avons vu celui de Francis Perrin, papa de Louis, enfant autiste.
Bien que nous n’ayons pas eu à porter Alix autant que lui l’explique, ces mots et sa philosophie sont exactement les nôtres.
Ce témoignage, bien plus que tous les autres, est nôtre, complètement, à en être troublant.

Illustration de  « Tout s’apprend ».

Voici son portrait :

Et très joli bonus pour les curieux :

 

Aujourd’hui c’est la fête des pères

Tu ne l’as pas oublié, tu m’a bien dis que tu avais un cadeau à me donner.

IMG_8784

Tu étais si fier de me le remettre et de me réciter le petit poème joint.
Moi je suis si fier de toi.
Mon plus grand cadeau c’est toi et la leçon de vie que tu nous donnes chaque jour.
Très peu de personnes se rendent compte que depuis que le diagnostic est tombé la déflagration a été telle qu’elle a touché toute les facettes de notre vie.
Tout d’abord notre modèle d’éducation, notre façon de t’accompagner et de te voir grandir. Notre relation à la société, nos codes, nos priorités, notre regard sur la vie, notre tolérance a changé. Les catastrophes quotidiennes sont insignifiantes et le moindre de tes progrès est un exploit.
Tu nous as appris la différence, la bienveillance, l’écoute, un nouveau monde.
Tu as changé notre ressenti des choses, chaque moment est plus beau, chaque obstacle pour ton évolution est absolument écrasant.
Tu nous as permis de voir quel était l’essentiel et de s’en contenter, de voir à quel point nous étions entourés par des personnes bienveillantes et nous éloigner des autres.
Notre vie de famille est aujourd’hui au centre de tout, et notre couple est encore plus fort car uni par un même combat et l’envie de te porter le plus loin possible.
Tu es la tolérance, la positivé, la beauté de la sensibilité, l’effort et les progrès quotidien.
Tu es notre leçon de vie.
Merci d’être Alix et de nous apprendre ce bonheur.
PAPA.
 
En passant

au marché à pied

Nous sommes descendus dans le sud quelques jours pour nous ressourcer et par une matinée très ensoleillée nous nous sommes laissés tenter par une ballade au marché. Stands de fruits, de légumes, la foule, les bruits, Alix a totalement gérés tous ces paramètres.
Juste avant de partir il s’émerveille devant un vendeur de montre :

je veux ! je veux ! je veux ! steuplai !!!

Alix et sa première montre :

IMG_8677

En rentrant à la maison, il a voulu la montrer à papi, à mamie, à Héclipse, et le jour suivant à maitresse, à Adam, à AvsChantal, monsieur le policier de la circulation, la boulangère.

Alors quand Parrain est venu déjeuner à la maison, il n’a pas pu échapper à la démonstration.
Il lui demande donc où il a acheté cette belle montre et Alix répond :

« Au  à pied ».

Au  à pied… au  à pied… au  à pied…
au marché?  à pied?
MARCHER – A PIED!

Logique. Pragmatique. Basique.

Cet amalgame vient compléter la jolie liste des néologismes et incompréhensions lexicales pour lesquels Alix est si inventif, comme en général les personnes atteintes d’autisme.

Une ceinture n’est pas une ceinture mais bien un bracelet de ventre.
Le garagiste est plutôt un docteur des voitures.
La différence entre acheter et emmener a été très longtemps floue puisque quand on achète, on emmène avec nous.
Il y a aussi le maître-mageur, les crottes (pour ses chaussures crocs), le coffre (le frigo)…

 

Allez un dernier!
Ceci 1011SS49est une agrafeuille,  mais celui-là nous le trouvons tellement mignon que nous n’osons pas le corriger!